Je suis à prendre avec Brigitte Lahaie

Synoypsis du film Je suis à prendre

Dans ce film vintage mais ô combien magnifique, on découvre la belle Brigitte Lahaie en pleine forme(s). Sa nature généreuse s’offre facilement à qui veut bien la prendre. C’est l’automne et la Belle nous dévoile ses charmes au milieu des feuilles mortes, sous les arbres, dans la paille de l’écurie, ou encore dans le confort bourgeois d’un lit trop grand pour elle… La plantureuse Brigitte est vraiment à monter : des seins superbes, des courbes délicieuses, un pubis châtain bien garni, des lèvres trempées, des fesses rebondies. Quelle belle nature !

Le manoir de la solitude

C’est la nuit de noces pour Brigitte ! Mais tout ne se déroule pas comme prévu… Dans la grande demeure bourgeoise de Bruno, la Belle se retrouve vite abandonnée. Esseulée, déprimée, elle se languit dans un ennui profond. L’orage gronde et vous n’aurez qu’une envie : lui offrir du réconfort !

La nature a horreur du vide !

Délaissée par son jeune époux, les domestiques vont remplir le vide conjugal ! D’abord Max Pardos le beau palefrenier semble avoir bien compris le titre du film (je suis à prendre pour les plus amnésiques de nos lecteurs). Au contact des chevaux, celui-ci montrera à la belle bourgeoise sa nature d’étalon : un pénis bien dur et une fougue animale ! Puis Maggie, la domestique jalouse et dominatrice, viendra lui administrer un remède : un énorme gode noir et un jeu de broute-minou. Quant à Ralph, le vieux domestique lubrique, il en a encore dans le pantalon ! Il sait tenir le chandelier haut pour satisfaire Brigitte ! Que de valets serviables !

La lutte des classes

La belle bourgeoise, au fil des contacts avec son personnel, va devenir leur esclave sexuel. C’est la revanche des classes besogneuses ! Dominée et soumise, Brigitte va en redemander ! Maggie saura prendre le dessus : armée de son gode ceinture elle lui fera connaître les joies de la sodomie. Une double pénétration viendra à bout de la hiérarchie sociale. Ralph et le garçon d’écurie vont lui faire connaître tous les plaisirs. Lascive, elle acceptera toutes les décharges. L’inversion des classes à travers le sexe ! N’aimeriez-vous pas, vous aussi, dominer cette bonne bourgeoise ?

La lune de miel commencera-t-elle ?

Bruno cache bien son jeu. Dans ses dérobades successives, il s’en va goûter au plaisir de la partouze chez les voisins. Il s’adonne au voyeurisme quand sa femme se fait prendre par ses valets. Puis, quand il l’estime enfin prête, il lui présente ses amis libertins. Dans une orgie magnifique où les plus belles fesses côtoient les plus beaux seins, on s’en donne à cœur joie ! Que de belles toisons aux lèvres charnues, ouvertes à tous les plaisirs ! Brigitte, exercée au triolisme, sera parfaitement à l’aise dans cet antre de la luxure. Enfin sa lune de miel pourra alors commencer ! Vous allez adorer ! Décidément, Brigitte est vraiment à monter !!!

Casting et production du film Je suis à prendre

Acteur(s) star(s) : Brigitte Lahaie

Producteur : Francis Mischkind
Caméraman : Thierry Arbogast

Date de sortie : 1978

Casting de Je suis à prendre : Parmi les acteurs porno participant à cet remarquable opus citons Brigitte Lahaie dans le rôle d’Hélène, Patrice Cuny crédité sous le nom de Patrick Bruno dans le rôle de Bertrand, le mari d’Hélène, Jean-Pierre Armand crédité sous le nom de Max Pardos dans le rôle d’Hector le palefrenier, Karine Gambier crédité sous le nom de Carine Stephen dans le rôle de Maguy la femme de chambre, Robert Leray dans le rôle de Ralf le majordome, Dominique Aveline, Lydie Beggy et enfin Sophie Bulle (qui ne fait pas que buller…).

Poster un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*


2 − deux =

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>